horizon vietnam travel
Rencontre au bout du monde - les voyages dans les rêves!
(Prix d’un appel local en france)
0970444651
Vietnam Cambodge Laos Birmanie Chine

Moeurs et coutumes des Laotiens

Un aperçu général des coutumes laostiens

C’est au Laos que les traditions anciennes restent les plus fortes dans le mode de vie actuel. Les Laotiens respectent leurs traditions et font un culte pour leurs ancêtres. Ceci se ressent dans plusieurs aspects de leur vie quotidienne.

La famille

aa70

La famille joue un rôle primordial au Laos. Étant un pays essentiellement rural, la majorité de la population nait et habite dans un village et ils déménagent rarement dans d’autres régions. Pour eux, la famille reste ainsi le centre de leur vie.

Les parents influencent bien leurs enfants quand ils sont en bas âge, particulièrement les pères. Le respect des aînés est obligatoire pour les plus jeunes. Les sœurs aînées aident leur mère à prendre soin des plus jeunes. Le prénom Noy (qui signifie ” petit ” en lao) est souvent donné au dernier de la famille.

Toute la famille habite dans une maison, mais seul la benjamine en hérite, et elle doit accepter la responsabilité de s’occuper de ses parents âgés : c’est une règle absolue au Laos.

L’Animisme et le culte des esprits

aa69

Les Laotiens croient aux esprits : les esprits de la nature (des arbres, des montagnes, des forêts, du jour et de la nuit, …) nommées « phi », et les 32 esprits du corps humain nommés « khwan ».

On dit que les esprits sont dispersés parfois dans la nature, d’où la cérémonie du Baci, le parfait exemple d’une cérémonie animisme, qui a pour but de rappeler les esprits du corps (après un long voyage ou avant un moment important de la vie).

En dépit d’être interdite par l’état, elle cohabite pourtant bien avec le bouddhisme et demeure très répandue et souvent pratiquée. Si vous avez l’occasion de visiter la pagode Vat Si Muong de Vientiane, portez attention à la principale sculpture : au lieu d’un bouddha, vous verrez l’esprit protecteur de la ville.

Tête « en haut » et pieds « en bas »

aa71

Selon l’animisme, les Laotiens estiment que la tête est sacrée puisqu’elle rassemble presque tous les esprits protecteurs du corps. Aucun laotien ne touche la tête de n’importe qui, même des enfants (considéré comme un geste amical dans les autres pays).

Du coup, considérant la tête comme la partie la plus haute du corps, alors les pieds, pour leur part, représentent la partie la plus basse, physiquement et spirituellement parlant. Pour les laotiens, il est inacceptable d’utiliser les pieds pour autre chose que marcher et faire du sport.

Bien que les laotiens soient généralement généreux, il est préférable pour les touristes de respecter leurs coutumes spirituelles qui sont vraiment très importantes pour eux.

Le bouddhisme et les moines

aa68

La religion officielle du Laos est le bouddhisme Theravâda, appelé aussi « Petit Véhicule » ou Hînayâna, qui rassemble près de 67 % de la population du pays. L’essentiel de la vie religieuse se déroule autour du monastère. Les moines jouissent d’un grand prestige et sont très respectés.

L’image des moines aux crânes rasés et drapés de robes orange est probablement la plus inoubliable pour les voyageurs au Laos, surtout à Luang Prabang où cette image fait partie du paysage.

Les moines vivent au « vat », qui signifie le monastère bouddhique et que l’on retrouve dans chaque village ou quartier. À Luang Prabang, on compte plus d’un millier de moines et un nombre impressionnant de vat concentrés sur une petite superficie.

Les moines ont un mode de vie simple qui commence très tôt le matin. Chaque jour, ils se lèvent, puis commencent un rituel en silence. Des centaines de moines sortent de leur vat et marchent dans la rue, pieds nus et en file indienne, avec leur bol d’aumône porté au-devant, pour quêter de nourriture des habitants qui leur en donnent volontairement comme une activité religieuse. Plusieurs voyageurs y participent en achetant des nourritures préparées à l’avance.

Et le plus beau moment de ce rituel ? C’est quand les moines, à leur tour, donnent une partie de ce qu’ils ont reçus à des enfants pauvres, aussi agenouillés au bord de la route. Une belle démonstration de partage !